Derniers Articles

collage photo et illustration

Artichaut barigoule

Si j’ose acheter, exceptionnellement, des poivrons en hiver, jamais je ne chercherais des artichauts hors saison. Ce légume m’évoque le printemps, les premières chaleurs, le renouveau de la nature et j’aime l’oublier en décembre pour le désirer à nouveau les beaux jours revenus. J’aime ce légume non seulement pour ses qualités gustatives et nutritionnelles (il est un excellent antioxydant) mais aussi pour sa forme et son esthétique. Lire la Suite

MELINA

NOURRITURES-TU MANGES QUOI-MELINA-Copyright-IMAGE1

TON PETIT DEJ ?

Une tartine avec de la confiture maison à la figue, kaki ou grenade, des fruits que je cultive dans mon jardin.

LE PLAT DE TON ENFANCE ?

Ma mère préparait ce plat pour la famille nombreuse que nous étions, elle superposait des sardines et des feuilles de laitue, elle les arrosait d’huile d’olive, du sel, du poivre, ça mijotait quelques minutes, un délice !
Les cannoli aussi, une pâtisserie typique de la Sicile. La croûte est faite avec farine, œuf, huile et vin rouge, à l’intérieur, c’est une crème ricotta, zestes de citron, sucre, saupoudré de sucre glace.

TON PRODUIT INDISPENSABLE ?

La farine, pour faire mon pain et ma pâte à pizza.

LE PLAT QUE TU AIMES CUISINER ?

Les lasagnes maison mais toujours en deux versions : poisson / épinard / ricotta et bœuf / sauce tomate / petits pois.

TON RESTO PREFERE ?

Un resto de poisson, au bord de la mer, en Sicile.

Merci Melina.
Interview et photo©nourritures-lejournal.com

CEDRIC

NOURRITURES-TU MANGES QUOI-CEDRIC-Copyright-IMAGE1

 

TON PETIT DEJ ?

Le café, c’est obligatoire. Avec du salé, des œufs, du bacon, une salade et un jus.

LE PLAT DE TON ENFANCE ?

Purée jambon.

TON PRODUIT INDISPENSABLE ?

L’huile d’olive.

LE PLAT QUE TU AIMES CUISINER ?

J’aime pas cuisiner mais je le fais quand même ! Les champignons, c’est mon truc. Les salades, aussi.

TON RESTO PREFERE ?

A CEVICHERIA, à Lisbonne.
@a_cevicheria_chefkiko

Merci Cedric.
Interview et photo©nourritures-lejournal.com

MARIE ROSE

NOURRITURES-TU MANGES QUOI-MARIE ROSE-Copyright-IMAGE1

 

TON PETIT DEJ ?

Un jus d’orange bio ou à la pomme trouble, un fruit et des tartines au beurre.

LE PLAT DE TON ENFANCE ?

LE COCOW, des feuilles de manioc coupées finement avec de la viande de bœuf, de la pâte d’arachide, de la semoule ou du chikwangue (pain de manioc).

TON PRODUIT INDISPENSABLE ?

LE KUBOR ET LES ECHALOTES.

LE PLAT QUE TU AIMES CUISINER ?

LA CHOUCHOUKA.

TON RESTO PREFERE ?

THE OLD MAN & THE SEA, A TEL AVIV, pour leur poisson pêché sur place, le houmous et les falafels.

 

Merci Marie Rose.
photo et texte ©nourritures.lejournal

DIANE

NOURRITURES-TU MANGES QUOI-DIANE-Copyright-IMAGE1

 

TON PETIT DEJ ?

LA SEMAINE, UN THE AVEC DES TARTINES DE PAIN BEURREES ET DU MIEL A LA LAVANDE.
LE WEEK-END, COMME AUX STATES, FROMAGE, ŒUFS A LA COQUE ET JAMBON.

LE PLAT DE TON ENFANCE ?

LE CURRY INDONESIEN accompagné de bananes coupées, de concombre en bâtonnets, des cacahouètes, de coco râpée, d’oignons grillés, de coriandre fraîche. C’était très ludique, chaque copain composait son assiette comme il le souhaitait.

TON PRODUIT INDISPENSABLE ?

TOUS LES POIVRES, BLANC, NOIR, DU SICHUAN;

LE PLAT QUE TU AIMES CUISINER ?

LE BOUILLON DE SOUPE CHINOISE, cardamome, bâton de cannelle, badiane, gingembre frais, clou de girofle, galanga et curcuma frais, ail, citronnelle, c’est vraiment la base, ensuite je rajoute des vermicelles de riz.

TON RESTO PREFERE ?

LA POINTE NOIRE A AIX, je retrouve vraiment des saveurs d’ailleurs travaillées de manière raffinée.

NOSH, j’adore leur concept ! C’est beau, bon et intelligent.

Merci Diane.

YVETTE

NOURRITURES-TU MANGES QUOI-YVETTE-Copyright-IMAGE1

TON PETIT DEJ ?

DES CEREALES SPECIAL K

LE PLAT DE TON ENFANCE ?

LE GOUNDJA, c’est un plat centrafricain, à base de feuilles de manioc, de viande ou de poisson, de pâte d’arachide, un plat assez pimenté.

TON PRODUIT INDISPENSABLE ?

L’AIL

LE PLAT QUE TU AIMES CUISINER ?

UN BON POULET AU FOUR

TON RESTO PREFERE ?

LE MUSTAFA KEBAB, A BERLIN

Merci Yvette.

Jeune fille et nourriture


TON PETIT DEJ ?

DU GRANOLA AUX FRUITS ROUGES, CHARLES VIGNON, AVEC DU LAIT.

LE PLAT DE TON ENFANCE ?

LES PETITS POIS CAROTTES DE MON PAPA. C’EST LUI QUI S’OCCUPAIT DE MA SŒUR ET MOI LE MERCREDI ET C’EST LE SEUL PLAT QU’IL SAVAIT CUISINER !

TU ES ADDICT A QUOI ?

LE POIVRON.
QUAND JE SUIS SEULE, A LA MAISON, JE ME FAIS DES PÂTES AU PHILADELPHIA ET AU POIVRON, SAUTE A LA POÊLE AVEC UN PEU DE BEURRE OU D’HUILE D’OLIVE.

TU AIMES QUOI A LA CANTINE ?

LES POMMES.

TON RESTO PREFERE ?

SUSHI ECLAIR A CLICHY-LA-GARENNE POUR LES SUSHIS AU SAUMON.

 


Merci Helena
Texte et photo ©Nourritures-lejournal

RAPHAËL

NOURRITURES-TU MANGES QUOI-RAPHAEL-Copyright-IMAGE1recadre

TON PETIT DEJ ?

DES TARTINES AU BEURRE DEMI-SEL ET UN JUS D’ORANGE

LE PLAT DE TON ENFANCE ?

LES LASAGNES FAIT MAISON DE MA GRAND-MERE SICILIENNE, A LA TOMATE

LE PRODUIT INDISPENSABLE ?

LE POIVRON

LE PLAT QUE TU AIMES CUISINER ?

LA VIANDE EN GENERAL MAIS LA VIANDE ROUGE EN PARTICULIER, POUR LA CONSISTANCE

TON RESTO PREFERE ?

LA BOTTEGA DELLA PIZZA, A BRUXELLES

AICHA

 

NOURRITURES-TU MANGES QUOI-AICHA-Copyright-IMAGE1recadre

TON PETIT DEJ ?

DES TARTINES BEURREES ET UN JUS D’ORANGE

LE PLAT DE TON ENFANCE ?

LE JOLLOF RICE, c’est un plat ghanéen, à base de riz, tomates, carottes, viande de bœuf, tout dans une seule marmite, c’est très pimenté

LE PRODUIT INDISPENSABLE ?

LES CUBES  JUMBO  ET L’OIGNON

LE PLAT QUE TU AIMES CUISINER ?

L’ATTIEKE AU POISSON, une spécialité de l’Afrique de l’Ouest, avec de la semoule de manioc, des légumes comme la tomate, le concombre, de l’oignon, de l’ail et du persil.

TON RESTO PREFERE ?

LES RESTOS DU QUARTIER KUMASI, AU GHANA

Clarisse et sa recette du potimarron au four, une recette simple et familliale

Potimarron fondant

Le potimarron, on va finir par le détester à force de le voir sur les étals. Il a néanmoins le mérite de cuire vite, avec sa peau, en purée, rôti, dans les gâteaux, il se conserve assez longtemps au frigo, bref, difficile de s’en passer.

*Clarisse adore préserver la saveur même des ingrédients, le potimarron, en l’occurrence, elle le cuisine très simplement, sans trop le modifier mais en le magnifiant.

NOURRITURES-RECETTES-POTIMARRON_IMAGE1

Ingrédients pour 4-6 personnes :
– 1 potimarron bio
– 8 gousses d’ail
– fleur de sel
– huile d’olive
– 300 g de quinoa
– une poignée de noisettes
– 1 fromage de chèvre frais


– Préchauffer le four à 200°C.

– Couper le potimarron en tranches.

– Les étaler sur une plaque à four, en parsemant de fleur de sel et d’huile d’olive.

– Rajouter les gousses d’ail dégermées.

–  Enfourner assez longtemps, environ 30 min, le potimarron doit être fondant.

– Cuire le quinoa.

– Dans un plat creux, déposer le quinoa, les tranches de potimarron rôti.
–  Emietter le fromage de chèvre.

– Déposer les noisettes concassées.
– Servir aussitôt.

NOURRITURES-RECETTES-POTIMARRON_IMAGE2

*Clarisse est la créatrice de la marque Sunny Monday.

©photos Lucie Cipolla
©textes et direction artistique Virginie Cipolla

Diptyque, Claire apparait de dos.

Claire

Pourquoi suis-je si pressée ? A l’évidence, parce que je suis mortelle. Alors forcément, ça me donne envie de tout faire, tout voir, tout écouter, tout expérimenter. Sauf que, je réalise qu’une seule vie ne suffirait pas, et ça, ça me donne le vertige. Alors de temps en temps, j’appuie sur l’accélérateur, pour être sûre, de ne pas en perdre une miette. Christophe André, le psy qui t’apprend à vivre un peu plus heureux, dira que ce sentiment s’appelle « l’accélérite, une sorte d’inflammation de notre sentiment de manquer de temps. » Au fond, c’est légitime, naturel, même. Ce qui l’est moins, en revanche, c’est que, cette frénésie acheteuse est stimulée par la société de consommation, dans laquelle nous vivons, proposant pléthore de bonheurs matériels dans un but purement lucratif. Alors, lorsqu’une jeune marque, revendique une éthique « slow », je veux savoir si entreprendre vertueusement est possible. Lire la Suite

Xavier dans sa cuisine

Xavier

Les hommes seraient-ils plus timides que les femmes pour révéler leurs penchants gustatifs ? De prime abord, le sujet semble plutôt féminin. Autour de moi, ils sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à la question d’une alimentation « en conscience ». François, sportif de haut niveau, limite sa consommation de viande à une à deux fois par semaine, préférant le reste du temps les céréales et les légumineuses. Hugo, en période d’examens, veille à consommer davantage de légumes et de fruits frais. Quant à Xavier, c’est grâce à ses rencontres et à ses réflexions, qu’il a fait le choix d’une vie végétarienne, en toute décontraction et dans une grande souplesse.

Lire la Suite

Une recette de street food sicilienne

De l’indécence d’une boulette de riz (Arancino)

Lorsque je voyage, je ne demande que ça, être chamboulée, chamboulée par les bruits, les odeurs, les couleurs, la chaleur et ce que j’aime par dessus tout c’est faire exploser mes papilles. L’Inde, j’ai adoré pour ça, à l’aéroport tu prends un taxi et là tu te vois doublé par un éléphant incroyablement maquillé de couleurs flamboyantes, ou encore ces bougainvilliers qui dans le chaos de la ville ponctuent allègrement le décor et surtout, il y a la nourriture dans la rue. Odeurs de cardamome, de cannelle, de feuilles de bananier, on croise des marchands ambulants à tous les coins de rue, proposant des samosas, des pakoras, des omelettes, du maïs grillé, avec les pires et les meilleurs surprises.

Lire la Suite

Clarisse

Une vieille histoire entre Clarisse et moi. Une mission dans une agence de pub de quelques jours, qui a durée quelques mois, et la rencontre de Clarisse.
Une fille décontractée, à la joie de vivre innée qui a grandit non loin de Paris mais suffisamment pour se sentir « une fille de la campagne ». Son enfance est rythmée par les balades dans la nature, la cueillette de fruits ou encore la préparation, entre sœurs, de plats simples pourvu que ce soit « maison ».
Chez Clarisse se dégage un joyeux mix’n’match de green attitude, de textiles en wax, d’objets chinés le tout sans hiérarchie. Et pour elle, consommer responsable c’est comme apprendre à dire « merci », une base dans la vie qu’elle transmettra naturellement à son petit garçon.

 

Lire la Suite

Alison, assise, dans son salon

Alison

On me demande souvent si je suis végétarienne parce que, par exemple, au resto je ne choisis jamais de viande. Je réponds alors que « non je ne suis pas végétarienne en l’occurrence parce que je mange du poisson » et que si je mange de la viande je veux savoir un minimum d’où elle vient. Chez les amis ou la famille, c’est toujours un peu délicat de demander la traçabilité de ce gigot d’agneau cuit au four à basse température pendant des heures, qui a été arrosé régulièrement pour ne pas sécher et parsemé de fleur de sel et de thym. Si je respecte la condition des animaux, j’aime aussi faire plaisir et partager. Opportuniste ? non flexitarienne, c’est un peu barbare comme terme mais puisqu’il faut rentrer dans une case…
Et avec les enfants, comment faut-il s’y prendre ? Comment conjuguer plaisir et bien fait pour la santé ? Ne pas les priver pour ne pas générer de la frustration et en même temps, ne pas tout leur autoriser parce que nourrir c’est aimer et « tu sais ma puce les têtes-brûlées-star-fourrées-poudr’acide-effet-rose-à-lèvres c’est plein de colorants, alors essaie de ne pas finir le paquet ». Ma rencontre avec Alison me conforte dans les choix que j’entreprends au quotidien avec mes enfants, dans leur éducation au goût mais aussi dans l’expression de ce journal.

 

Lire la Suite

Victoire dans son salon, feuilletant un livre

Victoire

Victoire illustre parfaitement l’aphorisme de Brillat-Savarin « Dis-moi ce que tu manges : je te dirai ce que tu es ? » Avec ses trois enfants, elle a trouvé l’équilibre nécessaire à chacun, sans restriction mais avec modération, pour concilier plaisir et santé. Elle n’a pas vraiment de principes, elle est guidée naturellement par un mode de vie sain et respectueux. Ses choix visent à rendre sa vie, et celle de sa famille, la plus savoureuse possible. Les choix forts qu’elle opère dans son métier sont raccords avec sa vie personnelle. Les intentions particulières vis-à-vis de ses employés ou des gens du quartier, son engagement auprès des réfugiés politiques, qu’elle évoquera à demi-mot, compose le portrait d’une femme que j’admire pour son humilité.

Lire la Suite

Jeanne

C’était une rentrée quasi caniculaire. On était pas très nombreux dans la classe mais la maîtresse paraissait intimidée par notre présence. Jeanne était assise sur le même banc que moi. Je l’ai tout de suite remarquée parce qu’elle portait un chemisier que je possédais dans ma garde-robe. La directrice a fait une petite intervention pour rappeler le règlement, on s’est regardé avec Jeanne, en signe de solidarité sans doute. Cette rentrée en grande section avait une valeur tout à fait particulière puisque c’était celle de nos filles respectives.

Lire la Suite

collage photo autour de la nourriture

Scones

Le petit déjeuner est un moment crucial pour moi que j’apprécie en solitaire.
Plutôt du genre monomaniaque, je ne varie jamais en semaine et la journée peut s’annoncer très mauvaise si elle ne commence pas par un jus de citron suivi d’une banane coupée en rondelles avec un mix de graines, des dattes et du chocolat noir. Lire la Suite

Marie et Mathieu

Marie pourrait tenir un restaurant étoilé, si elle n’avait pas d’autres passions qui l’animait dans la vie, tant elle est érudite sur le sujet. Le matin, quand on se retrouve au café, on parle de beaucoup de choses, futiles et parfois très graves et on parle aussi de bouffe, de bonne bouffe, de plats mijotés, de cuisine thaï, de poulpe. Aux côtés de Marie, il y a Mathieu. Tous deux partagent le quotidien, le travail et le plaisir de la table.

Lire la Suite

David s'aprête à executer une figure acrobatique avec Lisa.

Jeunes et joyeux saltimbanques

J’ai toujours trouvé que la rue était un formidable espace d’expression artistique. Exit les 4×3 qui polluent notre environnement à coup de fausses promesses et de désillusions, il suffit d’être un tantinet attentif pour remarquer messages et œuvres qui investissent l’espace public. On leur reconnaitra souvent une valeur subversive notamment lorsqu’il s’agit de street art. Dans la rue, il est aussi question de  théâtre, de groupes musicaux ou de danses urbaines. Le collectif la galipette se définit comme « un quintet de portés acrobatiques à la croisée du content pour rien ou plutôt pour tout et du cirque forain ». Sur le port de Saint-Martin-de-Ré, cet été, ils se sont emparés de la rue comme des dealers de poésie urbaine mêlant acrobaties vertigineuses et situations burlesques. Lire la Suite

Maman et fille de dos face à la mer

La nonna

J’ai vidé mes placards. J’ai scrupuleusement fixé des crochets autour des paquets pour les rendre le plus hermétique possible et je les ai planqués au fond du garde-manger. Je savais sciemment qu’en consommer à haute dose était insalubre voire mortel. J’ai arrêté net ma consommation quotidienne parce que mon corps me faisait souffrir, tous mes membres étaient endoloris, une lourdeur et une raideur récurrentes. Lire la Suite